Le marché britannique des jeux d’argent en ligne en révision

Les casinos en ligne subissent une très grande réforme au Royaume-Uni actuellement.La taxation est au centre des débats. Une fiscalité qui profite aux caisses de l’État avec une évaluation de 17 millions de livres sterling.

La législation des casinos en ligne en plein changement

Le Parlement britannique discute en ce moment des transformations des diverses lois régissant les casinos en ligne. De nombreux amendements sont parvenus aux parlementaires dont celui de Matthew Hancock. Cette proposition est axée sur une redéfinition intégrale de ces lois. Entre autres, elle suggère de reconsidérer l’emplacement exact de tous les opérateurs qui opèrent au Royaume-Uni. Cela s’annonce plutôt mauvais pour les sites de casinos en ligne qui ne se trouvent pas sur le sol du Royaume-Uni. La manière dont les joueurs consomment les produits virtuels devrait également être redéfinie. Pour les opérateurs situés en dehors de leur territoire, la trésorerie devrait les contraindre à payer une taxe malgré leur localisation. Il s’agit d’une reconsidération d’un débat qui a déjà été abandonné en 2010.

Une politique de taxation à l’égard des casinotiers sur Internet

C’est un fait que les établissements de jeux de hasard en ligne ne payent pas d’impôts au Royaume-Uni alors qu’on y compte plus d’une bonne vingtaine d’opérateurs. C’est un fait également que la plupart de ces établissements sont situés à l’extérieur du territoire britannique. Si la question de la fiscalité de ces entreprises n’était pas tellement importante l’année dernière, c’est devenu cruciale à présent. La raison en est que l’État britannique veut aussi tirer profit de ce marché très juteux d’où cette exigence de la fiscalité. D’après les estimations faites, les taxes soutirées des casinos virtuels pourraient rapporter 17 millions de livres sterling à la Trésorerie nationale en une année. Aucun casino sur Internet ne va échapper à cette réforme qu’il se trouve à l’intérieur ou non du territoire britannique. Les hauts responsables étatiques ont hâte que ces lois soientt changées pour pouvoir les appliquer le plus vite possible. La date de sa ratification n’est pas encore déclarée.

Le Ministère de la Culture, des Médias et des Sports entre aussi en scène dans cette réforme, notamment dans la formulation des nouvelles lois régissant les casinos virtuels. Fini la grande liberté et l’illégalité au Royaume-Uni.