Washington, le Connecticut et Hawaii tentent le coup

Depuis l’annonce en décembre 2011 du Département de la Justice américaine qui mentionnait le droit pour les états fédéraux de réguler le marché des jeux de casino en ligne, des développements se font sentir aux États-Unis. Il semble que Washington, le Connecticut et l’état d’Hawaii aient déjà entamé des aménagements.

L’offensive de quelques états

L’état de Washington depuis quelques jours inverse la tendance. On parle d’une loi qui va aboutir sur l’abrogation de la circonscription des jeux d’argent. La réunion du mercredi 1er février présidée par M. Jack Evans, a eu pour but de réviser l’extrait de la loi sur les jeux d’argent. Cette démarche associée à une nouvelle loi budgétaire, va permettre une régulation prochaine des jeux de casino en ligne dans l’état de Washington. Mais si Marion Barry et Michael A. Brown qui sont à l’origine du projet de loi, veulent la formulation d’une nouvelle loi relative aux jeux d’argent, ils vont devoire faire face aux autres membres du conseil moins favorable : Muriel Bowser ne s’est pas exprimée sur le sujet et en ce qui concerne David A. Catania, il est opposé à ce projet de loi budgétaire.

L’état du Connecticut est aussi entré dans le marché des jeux d’argent. Un grand débat public est prévu le 09 février. Il est organisé par le sénateur Joan Hartley et le démocrate Stephen Dargan, cette manifestation doit attirer des personnalités politiques et des représentants de groupe de casinos comme le Foxwoods Resort Casino, le Mohegan Sun Casino, et des entreprises de jeux de loterie.

Hawaii sur le point de créer son réseau de jeu

A Hawaii, une proposition de loi a déjà été soumise au conseil d’état. Ce dernier est favorable à un projet d’organisme propre à Hawaii. Le HILGC , l’Hawaii Internet Lottery and Gaming Corporation. L’HILGC pourrait proposer en ligne des jeux de hasard et des jeux d’adresse mais également du poker et des jeux de casino. L’HILGC pourrait aussi accueillir deux manifestations iGaming chaque année sur son territoire, l’intérêt étant aussi de développer le tourisme

L’HILGC si ce projet de loi est approuvé, doit également se procurer les services d’un fournisseur mais uniquement un éditeur qui n’a jamais offert ses services aux Etats-Unis serait crédible aux pour les membres du conseil d’état.